By communication

La parole est aux speakers : Samuel Rozé

Jusqu’au Forum PHP, retrouvez nos interviews de speakers pour mieux comprendre leur parcours et le sujet qu’ils ou elles aborderont lors de leur conférence !

La conférence

“Living documentation”. Quand notre définition produit, nos tests automatisés et notre documentation sont la même chose.

Pour de nombreuses équipes produit, le travail de 1) définition du produit, 2) ecriture de tests automatisés et 3) documentation (technique et non-technique) du produit sont des étapes complètement séparées du cycle de développement. Dans ce talk, nous allons explorer comment le Behaviour Domain Development, Behat et quelques autres outils connectés ensemble nous permettent d’avoir une documentation vivante (c’est-à-dire toujours à jour) de nos applications.

Katherine Johnson
23/10/2020
14:30-15:10

Est-ce que tu trouves que la documentation vivante n’est pas encore une chose normée dans le quotidien des devs ?

Totalement, c’est complètement le far west. Je pense qu’on peut faire l’analogie entre la documentation et les tests. Sur un petit projet ou un prototype, tout se fait manuellement (ou se fait très peu). Pour les tests, il n’y a pas si longtemps de ça que la majorité d’entre nous s’est rendue compte qu’il était nécessaire (et non une ligne optionnelle d’un devis/planning) d’avoir des tests automatisés. Pour moi, la documentation c’est la même chose : c’est quelque chose dont on a besoin pour réduire le coût de maintenance sur le long terme mais contrairement aux tests, ça n’est qu’à partir d’une certaine taille ou âge de projet qu’elle devient vraiment critique. On commence petit à petit à avoir des patterns liés aux documentation automatisées et surtout c’est à nous de les créer !

Tu es membre de la core team Symfony et maintiens notamment le composant Messenger. Es-tu actuellement en train de plancher sur d’autres évolutions du framework ?

Avec Messenger, on a réussi à mettre en place les fondations qui permettent d’ajouter des fonctionnalités complètement nouvelles et très innovantes dans Symfony. Typiquement, cette nouvelle fonctionnalité que Nicolas Grekas a ajoutée permettant de recalculer son cache en avance et de manière asynchrone est géniale. Ce qui est intéressant maintenant c’est quelles couches fonctionnelles on pourrait mettre en place au dessus de l’existant, pour réduire les temps de développement de manière significative. Je travaille (les week-ends & soirées, cela prend donc un certain temps) sur plusieurs sujets dont la documentation automatisée, les systèmes décentralisés comme Solid et de nouvelles façon de ne pas avoir besoin de SPAs. J’espère voir quelques-uns de ces sujets devenir partie intégrante de Symfony d’ici peu.

Tu travailles pour la startup londonienne Birdie, spécialisée dans la santé. Comment avez-vous appréhendé le contexte sanitaire actuel par rapport à votre business model?

Notre métier, c’est d’aider les agences d’auxiliaires de vie à apporter du soin aux personnes âgées. Peu importe les conditions du “marché”, il est vital pour un grand nombre de personnes âgées d’avoir quelqu’un pour les aider tous les jours. Nos clients n’ont donc pas fermé la porte, ils ont travaillé tout autant si ce n’est plus pour s’adapter aux nouvelles règles sanitaires. On a donc dû investir dans certaines offres qui répondent mieux aux nouveaux enjeux: les périphériques connectés par exemple, ou bien notre intégration avec le système de santé anglais (NHS) pour rapidement évaluer que faire quand une personne présente des symptômes de type ‘Covid’. On a eu la chance de pouvoir augmenter notre revenu pendant cette période de confinement, et donc de garder tous nos employés qui ont d’ailleurs été considérés ‘key worker’ pendant un moment (même les développeurs·euses !). Comme toutes les entreprises, nous avons été obligés de nous adapter à travailler à distance et surtout, de faire très attention à la santé mentale de tous nos Birdies qui passent beaucoup moins de temps social qu’avant malheureusement.

L’écosystème des startups à Londres est-il différent de celui en France ?

Historiquement, ce qui a aidé Londres c’est la disponibilité de capitaux : avec une bonne idée et quelques mois de travail acharné, il est possible de lever des fonds pour embaucher quelques personnes. En réalité, je doute qu’il y ait maintenant une différence significative : la taille des portfolios de VC basés a Paris ne fait que d’augmenter, les campus de type Station F permettent de rassembler de nombreux talents et depuis le début de cette année, il est clair que le monde dans lequel nous vivons est de moins en moins dépendant de l’emplacement physique.

Le speaker

Samuel ROZÉ
Samuel ROZÉ
Samuel est VP of Engineering chez Birdie, une startup Londonniène dans le secteur de la santé. Impliqué depuis longtemps dans la communauté open-source, il est notamment membre de la core team de Symfony et API Platform et a créé plusieurs projets dont ContinuousPipe ou Tolerance.

Autres interviews

La parole est aux speakers : Kévin Dunglas

Jusqu’au Forum PHP, retrouvez nos interviews de speakers pour mieux comprendre leur parcours et le sujet qu’ils ou elles aborderont lors de leur conférence !

La conférence

Utiliser le protocole Vulcain pour créer des API REST ultra-performantes

Au fil des années, plusieurs formats ont été créés dans l’objectif d’améliorer les performances des API Web : (n + 1, sur-extraction, sous-extraction)… La dernière solution à la mode pour créer des API rapides se nomme GraphQL, un hack réseau malin… mais que HTTP/2 et HTTP/3 rendent désormais désuet !

Ces nouvelles versions du protocole au coeur Web disposent de fonctionnalités natives permettant de créer des API rapides et idiomatiques : multiplexage, Server Push, dé-duplication des en-têtes, compression, connexions persistantes…

Vulcain est un tout nouveau protocole qui tire parti au maximum de HTTP/2 et 3 pour améliorer drastiquement la performance des API REST !

Après quelques rappels concernant HTTP et REST, nous découvrirons comment est conçu Vulcain, et comment il est facile à mettre en place avec les API PHP (réalisées à l’aide d’API Platform ou non), ainsi que comment en tirer parti en JavaScript.

Katherine Johnson
22/10/2020
14:30-15:10

Peux-tu nous en dire plus sur l’avancement du protocole Vulcain ?

Vulcain propose deux très simples nouveaux en-têtes de requête HTTP qui permettent au serveur de deviner de quelles données le client aura besoin. Le serveur peut ensuite préparer et envoyer ces données le plus tôt possible, typiquement en utilisant HTTP/2 Server Push.
La version initiale de la spécification Vulcain a été publiée sous la forme d’un Internet-Draft en avril 2020.

Suite à cette publication, j’ai eu des retours très intéressants en provenance de la communauté eZ Publish et de l’auteur de la spécification Prefer-Push.
Grâce à ces échanges, il m’a été possible de rendre la spécification encore plus flexible et générique. Une nouvelle version intégrant ces changements a été publiée fin août. Elle ajoute une mécanique de sélection “hypermédia” relativement similaire à ce que propose Prefer-Push qui permet – en complément du mécanisme de sélection déjà existant – de récupérer des relations ayant un certain type, un certain format et/ou une certaine langue.

Désormais Vulcain utilise également les en-têtes HTTP structurés, qui sont en voie de devenir une RFC.

En parallèle à ce travail de fond sur la spécification, un énorme boulot a été effectué sur l’outillage afin de permettre une adoption plus large.

L’un des points de friction majeur pour une adoption massive de Vulcain est que la spécification doit être supportée par le serveur “edge” qui maintient la connexion avec le client.

Pour ce faire, nous travaillons d’arrache-pied sur deux fronts :
– proposer un meilleur support de Vulcain dans l’outillage existant, et je vous expliquerai ça en détail lors de ma session
– tenter d’améliorer les spécifications existantes pour permettre les usages novateurs tels que celui proposé par Vulcain (exemple : https://github.com/w3c/preload/pull/149).

Côté standardisation, la création d’un nouveau groupe de travail de l’IETF dédié aux API HTTP est actuellement en discussion. Si un tel groupe voit le jour, nous proposerons de discuter de Vulcain en son sein.

Lire la suite

La parole est aux speakers : Sarah Haïm-Lubczanski

Jusqu’au Forum PHP 2020, retrouvez nos interviews de speakers pour mieux comprendre leur parcours et le sujet qu’ils ou elles aborderont lors de leur conférence !

La conférence

L'open source, ce n'est pas que pour le web

PHP est open source. L’open source est un modèle de gouvernance pour les logiciels, mais pas seulement les logiciels !

Connaissez-vous l'open hardware ? Savez-vous ce que la NASA partage sur Github ? Vous avez certainement déjà écouté, ou produit de la musique open source, savez-vous qu’il existe des médicaments open source ? Répliquer une information, et la partager devient rapide et émancipateur, le monde se libère un peu plus.

Après une petite plongée dans les principes de partage de l’open source, nous ferons un tour d’horizon des initiatives open source dans d’autres domaines que l’informatique, pour en apprendre un peu plus sur la culture du libre, les rapports de force qui y conduisent, et revenir aux bases du partage.

Katherine Johnson
23/10/2020
15:15-15:55

Est-ce que l’on peut imaginer que l’open-source était déjà présent avant le web ? Aurais-tu quelques exemples dans ce cas ?

Excellente question, à laquelle je réponds durant ma conférence !
Le terme « open source » date de 1998 mais le fait de publier le code ou de le laisser en accès libre est plus ancien.
Pour répondre anti-chronologiquement, le Web a permis une circulation de l’information plus rapide, et notamment le partage du code (texte ou binaire) de plus en plus rapide au fur et à mesure que les débits réseau augmentaient. Le Web a d’abord été accessible à des universitaires et à des militaires, puisqu’Internet a été créé, après ARPANet, comme réseau entre universités américaines. Cependant, avant le Web, on pouvait déjà s’envoyer des supports numériques par courrier postal.
Préalablement au Web, on avait déjà des ordinateurs. Le code pour faire fonctionner ces ordinateurs était fortement lié au matériel composant ces ordinateurs. Chaque développeur-utilisateur pouvait améliorer le logiciel et le modifier, jusqu’à ce que quelques personnes à la fibre commerciale, dont Bill Gates, se rendent compte qu’il y avait moyen de vendre les améliorations et les nouvelles fonctionnalités.
De ce fait, l’open source a été créé en réaction à une extension du droit d’auteur (calqué sur les auteurs de livres) au logiciel, lié par l’appât du gain financier.

Lire la suite

La parole est aux speakers : Gilles Dowek

Jusqu’au Forum PHP 2020, retrouvez nos interviews de speakers pour mieux comprendre leur parcours et le sujet qu’ils ou elles aborderont lors de leur conférence !

La conférence

L'émergence des questions éthiques en informatique

Si une éthique des sciences biomédicales existe depuis le serment d'Hippocrate, la nécessité d'une réflexion éthique sur les enjeux de l'informatique ne date que d'une décennie ou deux. Pourtant les questions sont nombreuses : du respect de la vie privée à la reconnaissance d'un droit fondamental à une connexion au réseau, de la question de la responsabilité des algorithmes à celle de la justice prédictive, nous essayerons de donner quelques exemples des questions éthique dont il est peut-être important, pour les entreprises, de se saisir, quand l'éthique commence à devenir un avantage concurrentiel.

Katherine Johnson
23/10/2020
17:10-17:40

Selon vous, est-ce que le sujet de l’éthique dans le milieu IT a été trop longtemps reporté et laissé de côté ?

Les questions éthiques n’ont sans doute pas été « reportées » ou « laissées de côté », ce qui laisserait entendre qu’elles ont été ignorées intentionnellement. Mais, il est vrai que nous avons mis du temps à prendre conscience de leur importance : alors que les premiers ordinateurs datent des années 1940, ce n’est que dans les années 2000 que le sujet s’est imposé. Cela dit, ce retard est assez facile à expliquer : quand les informaticiens concevaient des algorithmes de parcours de graphes, ces questions n’étaient pas si centrales. C’est le développement des réseaux et du web qui ont mis en avant les questions de la protection des données personnelles, du droit à l’oubli ou des risques et bénéfices d’une application comme StopCovid.

Lire la suite

La parole est aux speakers : Hélène Maître-Marchois

Jusqu’au Forum PHP 2020, retrouvez nos interviews de speakers pour mieux comprendre leur parcours et le sujet qu’ils ou elles aborderont lors de leur conférence !

La conférence

Keep calm and trust your team

Convaincue que l’avenir ne pourra se vivre sereinement que si chacun fait sa part, je veux vous donner envie d’adopter deux ou trois petites (r)évolutions dans votre vie professionnelle.

En partageant avec vous des histoires vraies vécues par les coopérateurs de Fairness, je veux vous convaincre que de petits changements, mis bout à bout et intégrés à notre quotidien ont pu nous permettre d’être plus en accord avec nos valeurs personnelles et d’envisager notre futur avec plus de joie et de sérénité.

À chaque difficulté sa piste pour se sentir plus à sa place : de la qualité du code à la réduction de l’empreinte environnementale du numérique en passant par un travail plus collaboratif ou même une réflexion plus poussée autour des produits que nous développons, j’évoquerai avec vous quels ont été nos choix pour évoluer et trouver du sens dans notre métier.

Grace Hopper
23/10/2020
16:25-17:05

Hélène, tu es agiliste chez Fairness. Peux-tu nous présenter en quelques lignes ta société ?

Nous sommes une coopérative de six personnes spécialisée dans le développement responsable d’applications web et mobiles. Nous sommes très attachés à la qualité du code à l’efficience et à l’efficacité de nos produits, conçus avec nos clients pour qu’ils répondent exactement à leurs besoins sans consommer de ressources inutiles. L’équipe comprend des agilistes (PO, SM et Coach agile) et des développeurs qui travaillent principalement sur php, symfony, node, nestjs, go, react, svelte, javascript et typescript.

Lire la suite

La parole est aux speakers : Estelle Landry

Jusqu’au Forum PHP 2020, retrouvez nos interviews de speakers pour mieux comprendre leur parcours et le sujet qu’ils ou elles aborderont lors de leur conférence !

La conférence

Comment perdre sa surchage featurale ?

Le cycle de vie d'une application est un chemin nébuleux et plein de dangers. La complexité ne fait que croitre durant les mois et les années d'utilisation. L'un des plus gros challenges d'un développeur est de pouvoir la contrôler tout en ajoutant de nouvelles fonctionnalités (features).

Des solutions existent : le ré-écriture de code ou encore la maitrise de la dette technique. En effet, ces deux actions permettent de lever "la complexité accidentelle". Mais que faisons nous de la "complexité essentielle" ? La complexité qui n'est pas liée au code.

La seule solution : Supprimer des fonctionnalités ! Ce talk vous expliquera comment perdre la surcharge featurale de vos applications en comprenant la différence entre la complexité essentielle et la complexité accidentelle, mais aussi en vous donnant des clés pour mener à bien ce changement dans vos équipes projet.

Katherine Johnson
23/10/2020
11:25-12:05

Une personne technique a parfois du mal à accepter de supprimer une fonctionnalité qu’elle a codée, as-tu des pistes à nous communiquer pour résoudre ce challenge ?

Il est souvent difficile d’accepter du code que l’on a fait de ses propres mains. On peut souvent prendre ce geste comme un « gâchis » un « non respect du travail accompli » ou encore « une attaque envers ses compétences » alors que les suppressions, le nettoyage de code font partie de notre job. Pour devenir meilleur·e, il faut savoir revenir sur le passé et s’adapter aux nouveaux besoins des utilisateurs et utilisatrices.
C’est comme cela que l’on fait un produit plus fort, plus lisible, plus maintenable.
Si cet argument n’est pas reçu, il faut savoir aussi être factuel. Parlez avec des chiffres. Seulement X utilisateurs utilisent cette fonctionnalité depuis un mois….
Ce genre de chiffres ne mentent pas. Des arguments factuels sont toujours essentiels face à des personnes très logiques/cartésiennes.

Lire la suite

La parole est aux speakers : Pascal Martin et Martin Supiot

Jusqu’au Forum PHP 2020, retrouvez nos interviews de speakers pour mieux comprendre leur parcours et le sujet qu’ils ou elles aborderont lors de leur conférence !

La conférence

PHP, c’est vous ! Et vous pouvez contribuer !

Quand nous posons la question « qui contribue à PHP ? » lors des évènements que nous organisons ou auxquels nous participons, nous n’obtenons que très peu de réponses. Est-ce parce que peu d’entre nous savent ou aiment coder en C ? Pourtant, participer et contribuer ne se limite pas à des lignes de code, loin de là !

Avez-vous trouvé l’éditeur en ligne de la documentation de PHP ? Avez-vous soumis des patchs à composer et symfony ou même à magento et wordpress, qui sont open-source et attendent vos contributions ? Avez-vous testé les versions alpha de PHP 8 ? Voyez-vous comment organiser un Apéro PHP ou un Meetup ? Ou même un AFUP Day ou le Forum PHP ? Savez-vous que l’AFUP a besoin de vous ? Que c’est une association qui est là pour vous aider et ce qu’elle peut vous apporter ?

Avec mille et une façons de contribuer, venez faire un tour d’horizon de modes de contribution que vous n’aviez peut-être pas encore envisagés, ou dont vous vous étiez dit qu’ils n’étaient pas pour vous. Vous verrez que, vous aussi, vous pouvez contribuer à PHP 😉

Grace Hopper
23/10/2020
11:25-12:05

Vous donnez une conférence à deux, en habitant dans deux villes différentes. Comment se prépare un tel exercice ?

Repose-nous la question une fois la conférence passée 😉

Nous avons commencé à réfléchir à ce projet, il y a plusieurs années, en échangeant quelques DM Twitter, puis en discutant par téléphone. Emballés par l’idée, nous avons ouvert un Google Doc pour noter, en collaboration, toute une série de points qui allaient devenir un sujet. Petit à petit, ce document s’est enrichi et nous a permis de rédiger notre proposition au CFP du Forum PHP.

Une fois celle-ci acceptée, nous avons itéré sur une MindMap, en nous appelant régulièrement — une fois par mois cet été, plus souvent depuis — en vidéoconférence.

Au moment où nous répondons à cette question, début septembre, cette MindMap nous semble complète : nous avons le gros de notre contenu, même si nous allons sans doute retoucher quelques branches en répétant.

Il est donc temps pour nous d’attaquer une seconde phase d’itérations : répétitions (en videoconf) de notre présentation et élaboration des slides pour la supporter. Nous testerons aussi l’outil qui sera utilisé lors de la conférence : nous l’avons déjà manipulé pour l’AFUP Day 2020 – édition en ligne en tant que speaker à Tours et animateur à Lyon… Mais pas encore à deux sur un même sujet.

Le jour J… Nous avons chacun donné des conférences à distance seuls, mais jamais à deux. Il y a toujours le risque qu’un problème technique vienne rendre l’exercice difficile. « On va voir » !

Lire la suite

La parole est aux speakers : Lucas Legname & Maxime Richard

Jusqu’au Forum PHP 2020, retrouvez nos interviews de speakers pour mieux comprendre leur parcours et le sujet qu’ils ou elles aborderont lors de leur conférence !

La conférence

Comment ARTE a simplifié le développement multi-plateforme à l’aide d’une API orientée front

Chez Arte, les contenus de la chaîne sont disponibles sur le web et le mobile mais aussi sur les télévisions connectées ou les box des FAI. Cette diversité applicative nous a poussé à passer d’une API orientée métier à une API orientée front multi-support. Avec ce retour d’expérience, nous expliquerons comment nous avons simplifié le développement des applications en ré-équilibrant leur responsabilité et celle de l’API mais aussi en travaillant la structure des données pour les besoins parfois spécifiques des différents supports. Nous reviendrons aussi sur les choix techniques (parfois à contre-courant) qui ont été faits lors du développement.

Katherine Johnson
23/10/2020
10:15-10:55

Lucas, quelles sont les difficultés quand on développe des applications sur des plateformes comme AndroidTv ou TvOs ?

Lucas : L’une des plus grosses contraintes lorsqu’on travaille sur une app TV, c’est la télécommande. Créer une app qui soit agréable à utiliser avec une télécommande requiert généralement beaucoup de compromis et de simplifications. Alors que sur ordinateur un simple scroll permet d’arriver en bas de page, dans une app TV cela peut parfois nécessiter 15 clics ! Par ailleurs, les plateformes Android TV et tvOS sont encore jeunes et évoluent beaucoup à chaque nouvelle version : c’est motivant de pouvoir en permanence implémenter de nouvelles features mais un peu frustrant de constater qu’une app peut paraître complètement obsolète 1 ou 2 ans seulement après sa mise en production.

Maxime, tu organises les apéros web à Nancy. Peux-tu nous en dire plus sur ceux-ci ?

Maxime : Il s’agit d’un meetup mensuel autour des technos du Web. Nous organisons des rencontres, généralement le dernier mercredi du mois, avec un sujet technique lié à notre métier présenté par un speaker de la communauté. Nous avons récemment lancé un site web, nous pensons que c’est un bon moyen pour rentrer dans le monde de l’open source tout en mettant en avant les développeurs nancéiens.

Lucas et Maxime, vous travaillez respectivement pour Arte et Marmelab. Comment s’est passée cette collaboration sur le plan technique ?

Lucas : Pour la création de notre API orientée front, nous avions dès le départ une idée assez précise de la manière dont l’API devait fonctionner. On a beaucoup échangé avec Marmelab autour de cette idée et nous l’avons fait évoluer avec eux. On a apporté un maximum d’informations sur nos attentes et sur le contexte technique puis nous leur avons fait confiance pour les choix technologiques et pour l’architecture interne de l’API. Aujourd’hui encore, chaque changement majeur fait l’objet d’une concertation entre Arte et Marmelab afin de toujours aboutir à une solution qui soit satisfaisante pour tout le monde.

Maxime : Pour assurer la réussite de ce projet, il a fallu prendre en compte le contexte ainsi que le métier d’Arte. Nous avons expérimenté différentes approches pour la mise en place de l’API. Travailler de façon Agile a été un plus pour le projet. Nous devions nous montrer réactifs aux différentes demandes du métier mais nous avons dû également réfléchir aux problématiques techniques, comme la performance, l’internationalisation et l’éditorialisation. Nous voulons toujours essayer de nouvelles pratiques, car l’évolution de l’API est partie intégrante de son développement.

Les speakers

Lucas LEGNAME
Lucas LEGNAME
Lucas Legname est responsable du développement de l'application ARTE.tv sur les plateformes iOS, Android, tvOS et Android TV. Ancien développeur back-end, il coordonne aujourd'hui l'évolution de l'app de replay d'ARTE en travaillant étroitement avec les développeurs front-end mais aussi en participant à l'amélioration des APIs et à la résolution des problématiques multi-plateformes.
Maxime RICHARD
Maxime RICHARD
Maxime Richard est développeur full stack chez Marmelab. Passionné par l'open source, la personnalisation de Linux et les claviers mécaniques, il est spécialisé dans la création rapide d'applications web. Aujourd'hui, il gère le Meetup Apéro Web à Nancy. Habitué des bars nancéiens, il adore parler de javascript et React autour d'une IPA.

Autres interviews

La parole est aux speakers : Maxime Veber

Jusqu’au Forum PHP 2020, retrouvez nos interviews de speakers pour mieux comprendre leur parcours et le sujet qu’ils ou elles aborderont lors de leur conférence !

La conférence

Fun with PHP

PHP est un langage de programmation très très très orienté web. Et si on sortait de la boîte ? FFI nous permet de faire de nouvelles choses. Et si on tentait des choses folles... Pourquoi pas une application fenêtrée ? Un jeu ? Avec un peu de créativité tout est possible !

Je ne pense pas que cette conférence soit absolument nécessaire à tout développeur PHP. (en fait elle est complètement inutile pour être plus précis) Mais ça sera un moment de détente et de culture inhabituel !

Promis, vous apprendrez quand même des choses.

Grace Hopper
22/10/2020
16:25-17:05

Qu’est-ce qui t’a poussé à tester ces choses que tu décris comme folles et que tu va nous présenter avec PHP ?

J’ai toujours été un sérieux bidouilleur. J’ai appris à programmer en PHP sur OpenClassrooms, à l’époque nommé « Site du Zéro ». Mais dans la foulée j’ai tout de suite basculé dans le C et le C++. Mais je suis retombé dans le PHP, un métier d’avenir il faut croire 😉 .
Depuis quelques années je trifouille PHP sur mes (très très rares) heures perdues. J’ai des idées rigolotes, mais malheureusement l’API interne de PHP était assez peu documentée… Et complexe en fait. Je voue un grand respect à tous ceux qui ont réussi à développer les extensions que nous connaissons. Fut un temps je me suis même intéressé à PHP Cpp, c’était vraiment cool… Mais malheureusement la maintenance du projet est assez compliquée et suivre les versions de PHP n’a pas toujours été simple.

Aujourd’hui PHP nous propose FFI : un moyen simple de binder sur les librairies C. Il ne m’en fallait pas plus pour me lancer à fond dans mes idées les plus farfelues. J’espère que ce voyage sera intéressant, donnera des idées et qui sait avec un peu de chance…utile ?

Ton projet favori est Gangbowl, peux-tu nous le présenter ?

Un jour un collègue m’a fait découvrir haxball. Rapidement tous les collègues s’y sont mis et on a commencé à passer nos heures de pause à se défouler sur ce mini jeu de foot. Petit hic: le jeu était codé en flash ! Passent quelques années, mais jamais ne fuit l’envie de développer une version HTML/JS. Vient le jour où je prototype un cercle qui pousse une balle, Gangbowl est né. Et en fait on s’est rapidement dit qu’on allait en faire un truc beaucoup plus cool que le jeu original, plus dynamique, plus profond, Gangbowl se veut être un vrai petit jeu addictif. Mais ce projet est bien plus qu’un simple petit jeu : j’y ai fait là aussi des tonnes d’expérimentations. Plutôt dans le monde du JavaScript dit-il en changeant rapidement de sujet, mais aussi en devops et en PHP (c’est grâce à Gangbowl que Melodiia et le Domain Component de Biig° sont maintenus). J’imagine qu’on a tous un projet où on a tout testé. Le mien, c’est Gangbowl. Aujourd’hui l’équipe de Gangbowl a un peu grossi, on travaille à l’amélioration du jeu afin d’avoir au moins une version qui peut subvenir à ses propres besoins. N’hésitez pas à aller tester le jeu 👊

Dans ta biographie tu indiques être le représentant le plus important de l’AFSY. Pourquoi ?

Concrètement je suis le pivot de l’AFSY, j’essaie de pousser l’organisation des évènements, je synchronise les gens, je commit et merge sur le site de l’AFSY quand j’ai le temps, et je présente les SfPots, un rassemblement mensuel (hors période COVID-19) de la communauté française Symfony.

D’ailleurs je suis un peu trop au centre de tout, je vais profiter de cette petite interview pour le dire 😄. Cette communauté est constituée de plein de personnes qui ont beaucoup de bonnes idées, je pense à Xavier Lacot de JoliCode qui tire les ficelles dans les coulisses (et à toute l’équipe de JoliCode) mais aussi à Cyrille Grandval de Darkmira qui fut d’une grande aide. Et finalement je pense à toutes les entreprises qui ont pu soutenir l’AFSY et l’organisation des SfPots. Un grand merci à tout le monde !

Bien entendu, cela veut dire que si vous souhaiter aider, discuter, coder, chanter, filmer, etc… Pour l’AFSY, vous êtes le ou la bienvenue ! N’hésitez pas à rejoindre notre slack: https://slack.afsy.fr

Le speaker

Maxime VEBER
Maxime VEBER
Passionné d'open source et de nouvelles technologies, Maxime adore tester de nouvelles choses, notamment avec son langage favori : PHP. Maxime est également le représentant le plus important de l'AFSY. Son passe temps favori ? Ajouter des lignes de codes à son projet fétiche : Gangbowl.

Autres interviews

La parole est aux speakers : Agnès Haasser

Jusqu’au Forum PHP 2020, retrouvez nos interviews de speakers pour mieux comprendre leur parcours et le sujet qu’ils ou elles aborderont lors de leur conférence !

La conférence

Recettes de communication efficace au travail

En galère avec mes jeunes enfants, j'ai acheté des bouquins de communication positive. J'ai été surprise de voir que ça a marché du tonnerre… surtout avec mes collègues ! Laissez-moi vous montrer ce que vous pouvez en retirer, surtout si vous êtes en position de lead ou de management…

Popularisés par la tendance récente de la parentalité positive, ces outils de communication positive et d’intelligence émotionnelle sont pourtant efficaces dans toutes les relations interpersonnelles. J’ai l’impression qu’ils m’ont rendue vraiment meilleure dans mon rôle de lead développeuse (aider des collègues à apprendre, évaluer du code ou des candidats, prendre des décisions difficiles, travailler en équipe parfois sous tension…), et qu’ils m’ont aidée à surmonter mes propres problèmes de stress. Comme ce sont des outils assez simples à mettre en œuvre et qu’ils sont très efficaces, je veux les partager. Pour des relations plus apaisées et efficaces au travail, et pour davantage d’intelligence émotionnelle dans le monde.

Katherine Johnson
22/10/2020
16:25-17:05

Tu t’es récemment lancée dans une nouvelle aventure avec la création de Corelka, pourrais-tu nous parler de ce projet ?

Effectivement, après une dizaine d’années en tant que salariée et une crise de la trentaine assez carabinée, j’ai décidé de franchir le pas et de me lancer en freelance. Ma société Corelka est née début juin 2020. Ce n’était pas mon projet initial, qui consistait à reprendre des études longues pour changer franchement de métier. Mais après réflexion, j’ai préféré jouer « la sécurité » et voir si, quand je suis ma propre patronne, j’arrive toujours à aimer le développement web.

Ainsi, certification Opquast en poche, j’ai monté mon activité de développement web et conseil en qualité web. Je suis actuellement en mode expérimental : le chômage me libère de la pression financière, je peux me permettre de tâtonner et de choisir mes missions en fonction du sens qu’elles ont à mes yeux. J’aimerais à la fois des environnements techniques exigeants en termes d’UX, peu importe la stack, et surtout des missions qui font du bien au monde.

Par exemple, j’ai créé de A à Z le site web d’une psychologue qui partage mes idées sur la non-violence éducative et l’intelligence émotionnelle. Je suis contente à la fois d’avoir travaillé pour quelqu’un de bien, et d’avoir utilisé d’autres compétences que la technique pure. Dans un autre ordre d’idée, j’ai eu quelques prospects écolo pour du développement plus ciblé, et je tourne autour des missions de beta.gouv depuis plusieurs mois…

Bref, ça commence doucement, mais je n’ai pas la pression et j’aime la direction que ça prend.

Lire la suite